RSS

l’accueil d’un enfant

En pratique

Quelques principes pour les familles et les enfants :

  • Les enfants ont entre 8 et 12 ans lors de leur premier accueil et ne sont pas malades;
  • Ils pourront venir jusqu’à 18 ans non accomplis;
  • Leur séjour dure 1 mois, en juillet ou en août;
  • Les frais de voyage sont pris en charge en partie par l’ASBL et en partie par les familles, soit environ 160 Euros. Ceci comprend une assurance soin de santé et rapatriement;
  • Chaque famille (nouvelle comme ancienne) fournira un certificat de bonne vie et moeurs des personnes majeures vivant sous son toit.

Le retour

L’ASBL veut aussi prendre en compte l’épineuse question de choc culturel, de la déstabilisation des enfants venant de zones économiquement faibles lors de leur contact avec nos richesses, de leur réintégration dans leur famille et dans leur univers scolaire après leur séjour chez nous. Une chose est certaine, les relations humaines exigent un long apprivoisement, la culture de l’attente et un patient apprentissage… surtout quand elles concernent des êtres venus de deux mondes construits sur des idéologies totalement différentes.

Aussi notre ASBL a convaincu les autorités biélorusses de laisser revenir plusieurs fois de suite le même enfant dans la même famille belge afin que lors de ces  » va et vient  » entre son pays et le nôtre, il puisse progressivement comprendre notre société et en comprendre les avantages et les limites.

FAQ

Pourquoi est-il encore nécessaire, 26 ans après la catastrophe, d’accueillir un enfant du Belarus ?
L’accident nucléaire a pollué pour longtemps, plusieurs régions du Belarus (75% des retombées de l’explosion de la centrale de Tchernobyl). Les risques sont actuellement principalement liés aux conséquences de l’ingestion de radionucléides par l’alimentation, difficile à éviter dans les zones touchées. Cette contamination, journalière, à petites doses, essentiellement par le cæsium 137 atteint particulièrement les enfants en croissance.

Un séjour d’un mois dans un environnement sain complété par une alimentation riche en vitamines et en pectine de pomme élimine jusqu’à 1/3 du cæsium radioactif accumulé.

D’où viennent les enfants ?
Les enfants accueillis par notre association proviennent principalement de districts contaminés des régions de Gomel, de Moguilev et de Brest. Certains peuvent aussi habiter d’autres régions et être issus de familles déplacées suite à l’accident nucléaire.

Qui accompagne les enfants ?
Chaque groupe d’enfants est encadré par plusieurs « accompagnateur-interprètes » biélorusses qui assurent tout au long du séjour une aide à la communication entre l’enfant et votre famille. Ils sont l’intermédiaire entre l’enfant et la famille d’accueil pour faciliter la découverte de cultures et d’habitudes différentes. Ils sont logés dans des familles d’accueil et peuvent être contactés à tout moment. Vous recevrez la visite de l’accompagnateur-interprète de votre antenne dans les premiers jours de l’accueil.

Et si je rencontre un problème pendant l’accueil ?
Les membres de notre association ainsi que les interprètes sont là pour vous épauler. Ils sont à votre écoute 24heures/24 si un problème survenait durant le séjour de l’enfant. N’hésitez pas à prendre contact dès qu’une question se pose.

Nous organisons un pique nique durant le séjour afin de favoriser la rencontre des familles entre elles, avec les accompagnateur-interprètes ainsi qu’avec les membres de notre association et de partager ensemble les bonheurs de cette aventure ou les difficultés éventuellement rencontrées.

Qui peut accueillir un enfant ?
Nous souhaitons pour ces enfants un accueil en famille, au sens large, un partage de la vie quotidienne habituelle.

Nous n’avons pas d’exclusive quant à la composition de la famille ni quant à l’âge des parents d’accueil mais nous souhaitons que les enfants puissent en rencontrer d’autres. Chaque famille est préalablement visitée par 2 membres effectifs de l’association et présentée au conseil d’administration en vue d’être agréée.

Pouvons-nous intervenir dans le choix de l’enfant ?
Pour que l’intégration dans votre famille se fasse le mieux possible, nous vous proposons de déterminer l’âge (entre 8 et 12 ans pour un premier accueil) ainsi que le sexe de l’enfant qui va séjourner chez vous.

Quelles sont les périodes d’accueil ?
2 séjours d’un mois sont organisés chaque année. L’un en juillet et l’autre en août.

Quelles seront les dépenses à ma charge ?
Les familles d’accueil participent au coût du voyage et de l’assurance de l’enfant invité. Le reste des dépenses est financé par les activités que notre association organise tout au long de l’année. C’est à cette seule condition que nous pouvons garantir l’accès de ces séjours à tous les enfants vivant en zone contaminée. A cette dépense préalable, il faut ajouter les frais quotidiens qu’occasionne la présence d’un enfant supplémentaire au sein de votre famille.

Comment voyagent les enfants ?
Le choix du moyen de transport peut varier (train, car, avion) mais est toujours guidé par des critères de confort et de sécurité.

Quel est l’état de santé de l’enfant à son arrivée ?
Pour être autorisé à quitter son pays, l’enfant biélorusse est porteur d’un certificat médical l’autorisant à voyager. La radioactivité n’est pas une maladie, il n’y a pas de contamination secondaire à craindre.

Et si l’enfant tombe malade durant son séjour ?
L’assurance « subrogation mutuelle » souscrite par notre association rembourse les frais médicaux, pharmaceutiques et d’hospitalisation durant le séjour de l’enfant en Belgique, au même tarif que la mutuelle. Les conditions d’application de cette assurance vous sont expliquées dans le fascicule d’arrivée.

Comment vais-je communiquer avec l’enfant ?
L’enfant s’exprime en russe. Un lexique comportant des phrases adaptées à différentes situations (première rencontre, entourage, milieu environnant, hygiène, repas,…) vous sera remis à votre arrivée. L’enfant en aura reçu un, utilisable au départ de sa langue maternelle.

Puis-je partir en vacances avec l’enfant ?
L’enfant est détenteur d’un passeport avec un visa « Schengen » qui lui permet  de circuler librement dans beaucoup de pays d’Europe. Toutefois, il est déconseillé d’entreprendre un long voyage lors du premier accueil.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.